ESBA Tours Événements Dynamograma VII

Dynamograma VII

Une session du laboratoire des intuitions dans le cadre de la manifestation Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être.
Vendredi 2 et samedi 3 février 2018

Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être

Proposer durant 36 heures en continu, à la Cité internationale des arts (Paris 4e), des conférences et laboratoires de recherche et de création, réunissant scientifiques, artistes, designers, chercheurs en sciences humaines, curateurs et étudiants, telle est l’initiative de la fondation Daniel et Nina Carasso, en partenariat avec la chaire « arts et sciences » de l’École polytechnique et de l’Ensad, les 02 et 03 février 2018. 

Intitulée « Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être », la manifestation s’articule autour du recueil de nouvelles de science-fiction « The Compass Rose » (1982) d’Ursula K. Le Guin. Chaque atelier portera le titre d’une de ses nouvelles et proposera des projections, lectures et rencontres « interrogeant des questions de société liées à l’environnement, la santé, l’éducation, etc. ». Parmi les intervenants figurent Mercedes Azpilicueta, artiste ; Yaïr Barelli, chorégraphe ; Ensayos, collectif de recherche éco-feministe ; María Inés Rodríguez, directrice du CAPC – musée d’art contemporain de Bordeaux ; ou encore Marc Maier, chercheur en neurosciences. Des œuvres d’artistes – Otobong Nkanga, Koki Tanaka ou Jochen Dehn – seront spécialement conçues pour l’événement.

Dynamograma VII

L’atelier Quelques approches du problème de manque de temps propose de traverser les 36 heures de la triangulation art/science/fiction sur une nappe flottante griffonnée en continu par une machine. Conçue comme une plateforme pluridimensionnelle constituée d’artistes et de théoriciens qui évoluent dans de nombreux champs d’expérimentations et de connaissances, le Laboratoire des intuitions (LDI) explore les pratiques graphiques qui accompagnent, suscitent, signalent ou modélisent la pensée, de l’art à la physique théorique en passant par la philosophie, les sciences sociales ou les mathématiques. Le schéma, le diagramme, le croquis, l’esquisse, le bout de nappe crayonnée ne sont-ils pas le lieu d’un langage commun où la pensée se spatialise et se donne à voir, dans la médiation instantanée d’un trait, dans le geste synthétique qui saisit sans délai, qu’il s’agisse de donner forme visuelle à un système théorique ou de donner à réfléchir un dispositif d’exposition ? L’atelier se déroule autour d’un traceur A0 qui imprime des suites de dessins, partitions et diagrammes, donnant une autre mesure du temps à travers un flux graphique qui circule comme une nappe mouvante sur la table des rencontres entre artistes, théoriciens, étudiants et chercheurs. S’y déploie un programme de présentations, de rencontres, de débats et d’expérimentations, accompagné par le tournage d’un film de Naïm Aït-Sidhoum sur les recherches du LDI.

Cet atelier se construit durant 36 heures comme une suite de rencontres avec l’ensemble des acteurs du laboratoire des intuitions, il reste une forme expérimentale : ni colloque, ni conférence, ni exposition, ni performance. Il déroule des interventions et des entretiens dans un repère à trois dimensions en mouvement : un traceur qui imprime durant 36 heures les enjeux et pratiques des écritures diagrammatiques sur la table des rencontres, le tournage d’un film à propos du LDI, et la réalisation d’une œuvre de collages à partir des archives du LDI. Cette session DYNAMOGRAMA VII a pour objet de construire le programme de l’unité de recherche du laboratoire des intuitions pour les années à venir.

En savoir plus sur Nous ne sommes pas le nombre que nous croyons être

← Retour site TALM

Les derniers flux