ESBA Tours Enseignants Art Hélène Agofroy

Hélène Agofroy

Hélène Agofroy vit et travaille à Paris. Expose depuis 1985. Construit alors des structures proches des objets de la Renaissance italienne et de l’art minimal (Musée de Tournus, Musée d’Arles). Puis, jouant depuis 1990 des registres ordinaires (mobilier, décoration, illustration, jeu), elle utilise l’installation comme principe de montage : construction, motif, image et vidéo (1991, La Box, Bourges ; 1992, galerie Baudoin Lebon, Paris ; 1995, Institut culturel français, Turin ; 1997, Centre d’art contemporain Le Quartier, Quimper, FRAC Corse, Corte ; 1998, Musée d’art moderne, Villeneuve-d’Ascq ; 1999, Institut d’art contemporain, Villeurbanne). Elle est particulièrement attachée aux questions de l’image, de la perception et de l’exposition. Les vidéos, auparavant abordées comme des images intégrées aux installations, deviennent des pièces à part entière et produisent leur propre dispositif de monstration (2003, Galerie Art et Essai, Rennes). Elle pratique la performance comme un art d’attitude (2002, conférence performance, Institut supérieur pour l’étude du langage plastique, Bruxelles ; 2003, Jack, une caméra sur l’épaule, Confluences, Paris) et met en place des procédés de création ouverts (Home-made et son mode d’exposition Home-scape 2005, cf. rubrique Liens). Visiblement intéressée par la place du public dans ses œuvres, elle crée en 2006 le dispositif d’exposition des 16 ans du Centre d’art contemporain de Quimper, Le Quartier. Ses œuvres sont présentes dans les collections publiques (FRAC PACA, 2006 ; FNAC, 2007).

www.agofroy.com

Bureau d’étude
Hélène Agofroy conçoit depuis 1997 des terrains de condition au travail sous forme de workshops transversaux, adressés à un groupe de 15 à 20 étudiants de L2 à M2 sur une durée d’un semestre. Ils sont intitulés Bureau d’études depuis 2007 et menés avec Suzanne Lafont depuis 2008.
Les workshops ne sont pas thématiques mais spécifiques chaque année à une idée, un lieu, un film ou une œuvre (le lieu du travail, l’archive, la démarche, le dessin, le métro, le film Pickpocket…).
Le contexte de chaque proposition permet d’explorer et de définir des méthodes de travail et de recherche qui constituent un fonds commun et suscitent la réalisation d’œuvres de chaque étudiant ou d’un collectif. Le workshop est un lieu où se confrontent les démarches et les objectifs, se définissent les modes de représentation, les objets et les enjeux du travail. L’observation et l’étude d’œuvres historiques et contemporaines relatives au contexte et les références théoriques accompagnent le travail.
Les médiums employés sont variables, relatifs à chaque pratique et à leur pertinence (installation, construction, mobilier, performance, photo, vidéo, son, graphisme, nouveaux médias).
Un artiste ou un théoricien est invité ponctuellement au cours du workshop, nous apportant confirmation et contradiction.
Les workshops se terminent par un événement important dans la galerie de l’École (une exposition, une performance collective ou une programmation de films : Gladys Glover, Sauvegarde 9.2,09, Caniveau, Attention avant d’entrer, Square…).

Re-Act
Re-Act est une suite d’expériences sous forme d’exercices permettant de visiter des œuvres d’artistes majeurs en les refaisant ou les réinterprétant. Cette forme est proposée sur un semestre aux étudiants de L3 puis aux étudiants de L2, ce qui permet de le poursuivre en conséquence d’une année à l’autre.

← Retour site TALM

Les derniers flux